Articles horlogers

Les 3 automates Jaquet-Droz

24 juillet 2011

Le 1er mai 1909, la Société d'histoire et d'archéologie du canton de Neuchâtel remettait en don à la ville Neuchâtel trois automates, un Ecrivain, un Dessinateur et une Musicienne, dus au génie de Pierre Jaquet-Droz, d'Henri-Louis Jaquet-Droz son fils et de quelques collaborateurs de grand talent.
Ces trois automates maintenus ensemble dès leur création, fonctionnent encore aujourd'hui, malgré les nombreux voyages auxquels ils ont été soumis et les passages de mains en mains des propriétaires successifs.

Pierre Jaquet-Droz (1721-1790)

Grâce à sa maîtrise des mécanismes et mouvements complexes, Pierre Jaquet-Droz devient le maître incontesté des automates - véritables pièces d’art : oiseaux chantants, fontaines, montres musicales. Il est aussi le créateur de « l’Ecrivain » (1775) : un automate unique qui tient de la prouesse. Composé de six cent pièces, son mécanisme est extrêmement complexe, beaucoup plus minutieux que celui des autres automates. On peut le régler afin d’écrire n’importe quel texte jusqu’à quarante lettres ou symboles sur une feuille de papier glissante comme sur une machine à écrire. Les deux autres automates, « la Musicienne » et « le Dessinateur », sont conçus par ses deux fils, qu’il forme dès leur plus jeune âge.
Ces créations peuvent être admirées aujourd’hui au Musée d’Art et d’Histoire de Neuchâtel, en Suisse.

Henri-Louis Jaquet-Droz (1752-1791)

Devint très jeune encore le collaborateur de son père, Pierre Jaquet-Droz. Il étudia les sciences et développa de plus ses goûts artistiques, la musique en particulier, ainsi que l'étude de l'anatomie humaine. Chercheur et commerçant de grand talent, Henri-Louis sut donner l'envergure nécessaire à cette entreprise qui devint rapidement internationale. Grand voyageur, il fonda des succursales à Paris, à Londres travaillant pour le marché extrême oriental et, enfin, à Genève où il s'installa en 1784.

LES AUTOMATES

L'Ecrivain

Est le premier automate. Sa construction a débuté en 1768. Il est une création de Pierre JaquetDroz, déjà secondé dans ses recherches par Jean-Frédéric Leschot. Assis sur un petit tabouret, l'automate écrit avec une plume d'oie sur une petite table d'acajou.

Le mécanisme est sans doute le plus complexe des trois. Programmable, ceci révèle son caractère exceptionnel, il peut écrire n'importe quel texte de 40 signes sur trois lignes. De sa main droite et fixe, l'Ecrivain écrit son texte, lettre après lettre, sur un papier qui se déplace.

ecrivain jaquet droz mecanisme

La Musicienne

Diffère des deux autres par sa plus grande taille. Elle été conçue par Henri-Louis Jaquet-Droz.
La jeune fille joue sur un véritable orgue dont les soufflets mènent l'air aux 48 tuyaux répartis en deux registres. Elle respire en jouant et termine chacune des 5 mélodies de son répertoire par une très élégante révérence assise.
Henri-Louis Jaquet-Droz, musicien, est sans doute aussi l'auteur des pièces de musique.
La Musicienne joue vraiment sur un orgue indépendant, pressant de chacun de ses doigts les touches du clavier.

Le Dessinateur

R ressemble à l'Ecrivain par sa taille, il diffère cependant par son attitude car il dessine en déplaçant sa main sur un papier qui est fixe. Conçu en deux ans, de 1772 à 1774, il est aussi l'oeuvre d'Henri Louis Jaquet-Droz secondé de Jean-Frédéric Leschot.
Un chien « Mon Toutou », le portrait de Louis XV, un couple royal anglais et un amour tiré par papillon constituent ses possibles dessins. Son mécanisme est moins complexe que celui de l'Ecrivain. Son attitude et ses gestes spontanés sont en revanche beaucoup plus spectaculaires, sachant aussi que le Dessinateur souffle à plusieurs reprises sur son dessin pour en chasser les poussières laissées par la mine du crayon.

Vidéo en HD sur la chaine horlogère d'horlogerie-suisse.com

A voir également sur Horlogerie-Suisse dans les archives du Journal Suisse d'Horlogerie, La pendule dite « du berger » de Pierre Jaquet-Droz au palais national de Madrid

Je vous recommande vivement cette visite avec la présentation de ces trois merveilles de mécanique de précision.
La page du musée d'Art et d'Histoire de Neuchâtel consacrée au automates et les prochaines demonstrations

Par Eric Cosandey

A voir également