Articles horlogers

Rodin et la posture des horlogers

16 décembre 2013

Les objets du quotidien nous accompagnent dans nos attitudes ; Une œillade au dessus de ses lunettes pour séduire, une remontée de manche afin de voir l’heure sur sa montre et montrer que l’on est pressé, sont des gestes et des conduites de la vie courante. La répétition de ces mouvements les fait entrer dans nos habitudes sans que l’on s’en rende compte. Qui n’a pas tapoté inutilement sur l’écran de son ordinateur juste après avoir utilisé sa tablette ? Parfois ces attitudes pratiques rencontrent l’esthétique de l’Art.

Le début du XXème siècle marque une évolution majeure dans le monde de la montre. L’Art Déco doublé d’une révolution pratique, permet à la montre de se porter au poignet tout en étant plus esthétique dans ses formes en suivant les évolutions de la mode. Ces changements ont eu des répercutions sur la mode vestimentaire ; à cette époque, on avait tendance à raccourcir les manches des habits afin de rendre la montre plus visible, car rappelons le, la montre comme son nom l’indique est depuis toujours un objet à porter en « monstrance » ! Des changements de gestuelle s’opèrent également. Plus besoin d’aller chercher sa montre accrochée à sa chaînette au fond de sa poche pour voir l’heure. Et avec cela on imagine le geste bourgeois qui accompagnait cette « remise à l’heure » ! Désormais un simple et gracieux levé de poignet suffit à se renseigner sur l’heure pour l’homme moderne dont l’activité ne permet plus de perdre de temps à chercher sa montre au fond de sa poche à gousset ! Ainsi d’un point de vue pratique, l’apparence de l’objet est modifiée et les gestes en sont simplifiés. Mais qu’en est-il de l’allure ?

Vers 1880, Auguste Rodin a presque une vision avant-gardiste en réalisant l’une des ses sculptures de bronze les plus célèbres : le Penseur. Cette statue évoque la réflexion et la poésie. Elle représente un homme accroupi en train de méditer. Dans son attitude pensive, l’homme a le menton posé sur le dos de sa main et son poignet ressort exagérément. Si bien que s’il fallait un mannequin pour les boutiques de montres, ce poète en serait le plus parfait prototype !
Peut-être consciente de cette position, une marque horlogère de la Vallée de Joux a demandé à l’artiste londonien Quayola de revisiter cette œuvre de Rodin dans une exposition qui fait le tour du monde. Dans Matter, Quayola revisite le Penseur comme une métaphore de l’éthos des horlogers. L’éthos regroupant le caractère habituel, la manière d’être et les habitudes d’une personne, ne peut que renforcer l’idée selon laquelle l’attitude du Penseur, reste la posture favorite des horlogers.


Dans son œuvre Matter, l’artiste londonien Quayola revisite le Penseur de Rodin pour l’exposition Royal Oak d’Audemars Piguet

De cette constatation, volontairement ou involontairement, beaucoup de personnes en vue, qu’elles soient CEO de marques horlogères ou célébrités sous contrat de ces mêmes marques, vont voir dans le Penseur de Rodin, l’attitude noble et parfaite pour avoir l’air naturel face aux caméras tout en mettant en avant leur montre. Pour avoir l’air plus offensif et plus sexy, certains vont même transformer cette pose en geste de séduction à la manière de James Bond dont les contrats avec certains horlogers sont bien connus. 
Cette gestuelle, qu’elle soit avec ou sans montre, va passer dans le domaine public par phénomène d’imitation.

Ainsi ne vous posez plus la question ou ne taxez plus de ridicule les jeunes femmes qui se promènent dans la rue l’avant bras replié et en l’air car ce geste a bien une utilité et prend tout son sens lorsque l’on constate qu’il permet d’y accrocher et de mettre en avant un sac à main de marque et d’exhiber une montre bijou à hauteur du visage. Le visage étant la première partie du corps que l’on regarde chez une personne, le second regard sera pour la montre qui renseigne aujourd’hui encore sur le niveau social de la personne qui la porte. Voyez désormais dans ce geste un dérivé de la réflexion et de la poésie de Rodin !

Par Dave Grandjean

A voir également