5 min 2 semaines 257

Les marques horlogères ont finalement compris l’importance des réseaux sociaux dans leur stratégie marketing. Elles se précipitent pour occuper ces espaces en ligne, qui sont offerts par la toile sans frais. Cependant, est-ce vraiment sans frais ?

De nos jours, les marques horlogères ont compris l’importance de se faire une place sur les réseaux sociaux. Cependant, bien que ces espaces soient gratuits, leur utilisation nécessite des ressources pour créer du contenu, animer les pages officielles et les groupes de fans ainsi que produire des vidéos pour YouTube. Ainsi, pour maintenir une image de marque cohérente et professionnelle, il est indispensable de faire appel à des professionnels du digital ou de former des employés à ces nouvelles méthodes de communication.

Les réseaux sociaux sont de plus en plus utilisés pour atteindre les consommateurs et établir une connexion directe avec eux. Selon une étude de 2022, les réseaux sociaux sont utilisés par 4,9 milliards de personnes dans le monde, soit plus de la moitié de la population mondiale. De plus, les médias sociaux sont de plus en plus utilisés pour effectuer des achats en ligne, avec une augmentation de 35% des ventes réalisées via les réseaux sociaux en 2021.

Cependant, malgré la popularité des réseaux sociaux, leur utilisation a un coût. La gestion d’une présence en ligne efficace nécessite du temps et des ressources. Le métier de community manager ou de manager web 2.0 est devenu indispensable pour les entreprises qui souhaitent être compétitives sur les réseaux sociaux. Selon une étude de 2022, le salaire moyen d’un community manager en France est de 35 000 euros brut par an.

En outre, les réseaux sociaux sont en constante évolution et les marques doivent rester à l’affût des nouvelles tendances. Des réseaux sociaux plus ciblés tels que Instagram et TikTok ont émergé ces dernières années et sont de plus en plus utilisés pour promouvoir des marques et des produits.
Enfin, bien que les réseaux sociaux soient devenus un élément incontournable de la stratégie de communication des entreprises, il est important de ne pas négliger les autres canaux de communication. Les publicités à la télévision et dans les magazines restent des moyens efficaces pour toucher un large public et compléter une stratégie de communication globale.

En résumé, les réseaux sociaux sont devenus une composante essentielle de la stratégie de communication des entreprises. Cependant, leur utilisation nécessite des ressources et les marques horlogères doivent rester à l’affût des nouvelles tendances et des évolutions technologiques pour rester compétitives. Enfin, il est important de ne pas négliger les autres canaux de communication pour toucher un public plus large.

Après le virtuel, l’ère du rituel.
Y a-t-il une vie après les réseaux sociaux? Quels sont les lendemains du virtuel? Que vaudra demain l’amitié redéfinie selon Facebook avec ses averses de pseudo invitations ou d’appartenances superficielles à des groupes et des causes? A observer certains comportements récents, il se peut que la prochaine révolution soit celle du rituel.

Il fut un temps où insérer une tranche de citron dans le goulot d’une bouteille de Corona faisait toute la différence. Ce geste était empreint d’une certaine initiation et d’un sentiment d’appartenance. Il faisait allusion à une facette de notre nature humaine, notre désir de jouer avec nos extrémités, nos mains et nos doigts, ainsi qu’à notre aspiration pour les rituels. Et si les produits horlogers, qui sont construits en partie sur des mécaniques accessibles à notre vue aujourd’hui, parvenaient à inventer de nouveaux gestes et rituels du toucher demain?

Il est temps d’abandonner nos activités sur les réseaux sociaux, car l’ère du tactile est de retour après une période d’immatérialité. Bien que nos amis sur la toile soient omniprésents, ceux que nous visitons restent rares. Les montres, grâce à leur contact direct avec notre peau, sont parfaites pour explorer cette nouvelle dimension. Avec les réseaux sociaux et l’ère du virtuel participatif, les consommateurs se sont déjà transformés en acteurs. L’enjeu actuel est de les transformer en intimes.