5 min 6 mois 1202

Mathias Garcia, chargé de recrutement en horlogerie

En quelle année es-tu rentré à l’école d’horlogerie et quelle fut ta motivation pour y rentrer ?

A 14 ans, on ne sait pas encore ce que l’on souhaite exercer comme carrière professionnelle. J’ai découvert le domaine de l’horlogerie un peu par hasard lors d’une journée porte ouverte de l’Ecole d’Horlogerie en 2004. Ayant beaucoup apprécié le cadre de travail et le métier, j’ai décidé, en 2005, de suivre un apprentissage à plein temps auprès du CEPTA (CFPT Horlogerie).

Quelle formation(s) as-tu faites ?

J’ai suivi un apprentissage d’horloger et après avoir obtenu mon CFC, continué des études supérieures au sein du SAWI à Lausanne dans le domaine du marketing et de la vente, avant d’effectuer un Master en Marketing du Luxe auprès du CREA-Inseec.

Que retiens tu de ces années d’école, bonne ou mauvaise

Durant mes différentes études, j’ai retenu les côtés positifs tels que le savoir-faire, la tradition et la passion de l’horlogerie transmis par le corps enseignant. Personnellement, j’ai trouvé plus compliqué, surtout pour un jeune qui débute, de se rendre compte des dangers qu’il peut exister au sein d’un atelier.

Après l’école qu’elle est ton parcours professionnel ?

J’ai terminé mon apprentissage en 2009, en pleine crise des « Subprimes ». Le marché horloger étant fermé, j’ai débuté des petits boulots avant d’être engagé en 2011 auprès de la maison Vacheron Constantin, en qualité qu’horloger à l’assemblage mouvement, puis dans les spécialités horlogères et ce, avant d’être débauché par MHCSA Manufacture Hautes Complications, où j’ai exercé en tant qu’horloger dans le département des cages tourbillons.
En parallèle de mes emplois, j’ai étudié afin obtenir un Master en Marketing. Puis, j’ai eu l’opportunité de travailler chez Bucherer, en tant que consultant. Par la suite, je me suis dirigé dans les ressources humaines chez Interima SA, voulant pouvoir transmettre, à mon tour, la passion de l’horlogerie et accompagner les candidats à décrocher l’emploi de leur rêve.

Si tu devais donner un conseil aux apprentis et jeunes horlogers actuels

Le plus important est de continuer à se former et de se fixer des objectifs concrets et réalisables. L’horlogerie est un univers où tout le monde se connait. De ce fait, il faut être sérieux et ne pas vouloir aller trop vite.

A quoi devrait faire attention les jeunes diplômés en postulant dans une entreprise ou dans une agence comme Interima ?

Lors d’un entretien, la tenue et la posture sont importantes, de même que le discours.
Quelques conseils : venir 15 minutes avant l’heure du rendez-vous, ne pas postuler plusieurs fois auprès de la même entreprise lorsque vous avez déjà un dossier en cours et surtout, soyez vous-même.
Les recruteurs sont des personnes humaines qui sont là pour vous accompagner.

Les réseaux sociaux, avantages ou désavantages lors d’une recherche d’emploi ou les deux ?

Les réseaux sociaux sont pour moi l’avenir du recrutement. Les entreprises recrutent de plus en plus via les réseaux sociaux et je pense qu’aujourd’hui, le plus important est la visibilité. Toutefois, il est essentiel de faire attention à ce que l’on poste sur les réseaux sociaux, car les recruteurs regardent constamment les profils des candidats et des employés. N’hésitez pas à mettre votre profil en mode privé afin de ne pas ternir votre image.

Merci à Mathias pour sa disponibilité, sa page sur Linkedin

Eric Cosandey